COMPTE RENDU DE LA SORTIE AUX POULETTES DU SAMEDI 8 JANVIER 2022

88ème sortie.

Participants: Jean-Jacques A, Marcel et Jackie C, Arnaud M, Yves B, Claire et Gilles M, Sylvane et Baba R, Janine et Pierrot G, Ghislaine et Gérard D. Visite de Gérard S. l’après- midi.

Ce samedi 08 janvier, les arrivées des protagonistes se font un peu échelonnées : entre 9 h et 10 h. Le temps ne semble pas vouloir se mettre au beau. Il y a du ciel bleu mais nous ramassons de petites averses. La température est de 6°. Le but de la journée est de faire la topographie de l’aven des Poulettes et de dégager le fond, encombré de gravats de la dernière séance.

Un souci, nous ne sommes pas assez nombreux pour ressortir en surface les bacs. Baba a le bras en écharpe et il faut attendre la fin de la topographie pour tout installer. Yves, topoman émérite, descend jusqu’au fond accompagné de Gilles et Gérard. Du fond il commence les visées jusqu’à la surface. Gérard l’assiste pendant que Gilles commence à remplir des bacs et les remonte jusqu’à l’endroit temporaire de stockage. Marcel qui avait commencé la descente, remonte pour ne pas gêner. Les relevés topo sont presque finis quand Arnaud croise l’équipe pour descendre aider Gilles. A 11 h 30 le dernier point topo est visé en surface. Gérard redescend pour aider au fond. Gilles a trouvé deux brise rocher qui sont restés en place et qui n’ont donc pas fonctionné. Du coup le chantier est étroit et le déblaiement, tête en avant et descendant, est pénible. Un coup de généphone les prévient que la haut tout le monde s’est mis en mode casse-croute. Le temps s’est mis au beau et c’est sous un beau soleil que nous mangeons. Il existe, plus haut sur les crêtes de la haute Ardèche, une ligne qui s’appelle la ligne de partage des eaux. Ici dans la garrigue , c’est plutôt le partage des vins. Pour finir le repas, il y a pléthore de gâteaux. Nous en gardons un pour 4 h et nous mangeons le gâteau de Ghislaine et la galette des rois de Claire. Une clairette de la Drôme est offerte par un ardéchois! Après cet intermède casse croutien (l’intermède étant presque aussi long que TPST), les trois qui étaient au fond le matin redescendent. Ils se relaient pour sortir les blocs qui sont enchâssés au fond. En plantant le pied de biche, ils rencontrent du vide. Le rocher est bien fissuré et vient en bloc. Il reste deux blocs qui résistent. Ils arrivent à les enlever et déception, le conduit continu mais toujours aussi petit. Les deux brise rocher sont réactivées et tout le monde est dehors. Un bruit confirme la bonne tenue de la réactivation. Nous mangeons le gâteau de Jean-Jacques avant de nous séparer vers 16 h 30. Yves doit nous envoyer le résultat de ses visées pour connaitre la profondeur à laquelle nous sommes au fond. Dans la soirée, Yves nous informe que nous sommes à – 26 m pour 40 m de développement. C’est un peu une déception car nous pensions avoir franchi la barre des – 30 m. Gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.