Compte rendu de la sortie au scialet du carrefour nord du Brudour (Vercors) du mardi 2 août 2022

Logo club de spéléo Montélimar

Ce scialet a été laissé équipé, il y a 3 ans. Nous avions commencé une désobstruction. Mais le COVID nous a éloigné de ce trou tout ce temps.

Ce 2 août, nous reprenons la désob.

Nous nous retrouvons à 9 h dans l’épingle du carrefour nord, il y a Claire et Gilles, Ghislaine et Gérard. Il fait déjà chaud. Claire et Ghislaine vont se promener dans la foret de Lente et nous, Gilles et Gérard, partons à pied chargé car nous avons 80 m de corde et le matos de désobstruction.

Nous faisons 500 m sur un chemin forestier plat et nous montons ensuite dans les bois pour retrouver le trou sans problème. Beau trou de 3 m par 4.

Le puits d’entrée n’étant pas équipé, nous installons une corde. 15 m plus bas, nous constatons que l’équipement en place n’a pas souffert,ni les mousquetons, ni la corde. Nous laissons donc le kit de corde en surface.

Le scialet du carrefour nord du Brudour fait – 50 m de profondeur. Le puits d’entrée de 15 m est suivi d’un autre puits qui s’ouvre dans une diaclase qui prend rapidement du volume. Le fond est un suçoir boueux. 20 m avant le fond part une petite galerie descendante concrétionnée. Cette galerie se dirige sous le puits d’entrée. A travers les blocs du fond soudés par la calcite, il y a un courant d’air. C’est là que nous allons continué la désob.

Pour être complet, ce scialet se trouve sur la faille de la cime du Mas qui traverse le Vercors d’est en ouest.

Nous arrivons sans encombre sur le chantier. Un petit problème, je suis venu au trou avec les manches de la combinaison attachées à la taille, Sa poche étant mal fermée, son contenu s’est vidé dans la marche d’approche. Je n’ai plus de batterie de secours pour l’éclairage, ni de mosquito pour voir le courant d’air !

Nous perçons 2 trous de 10 X 600 , en faisant attention à rester parallèle à 2 autres trous qui n’avaient que partiellement fonctionné. Nous nous éloignons pour activer les pailles.

Les gaz sont rapidement dilués, mais une paille n’est pas partie. Nous recommençons l’opération tir. Nous avions mis les charges en séries, les prochaines seront en parallèles.

Les pailles ont fait le boulot, maintenant ce sont massette et burin qui prennent le relais pour dégager les gravats. Il y a de la place pour stocker 2m au dessus.

Nous faisons encore 2 tirs de 2 fois 10 X600, la dernière salve n’est pas dégagée, il est 13 h. Nous sommes descendus de 50 cm et nous avons une paroi sur un coté, le pied de biche s’enfonce sans rencontrer d’obstacle. Nous ressortons et laissons l’équipement du dernier puits en place.

Sur le chemin de retour, je retrouve ma batterie de secours, pendant que Gilles recherche du vide avec ses baguettes.

Il est 13 h 30 et il fait trop chaud pour manger ou nous sommes garés. Nous reprenons les véhicules pour aller manger dans la foret à l’ombre.

A 15 h nous allons voir à pied le scialet des milles brouettes. Avec la chaleur il souffle comme jamais ! A 16 h 30 nous nous séparons pour redescendre dans la vallée du Rhône.

Gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.