Comment j’ai perdu 2 personnes sur 3 à l’évent de Fontfreyde

Nous continuons notre série de petites sorties entre Noël et le jour de l’an par une balade à à l’event de Fontfreyde.

Le rendez-vous est pris à 10h au parking du covoiturage de Montélimar Sud, afin de récupérer Arnaud et Poppers. Charlotte est toujours affairée à son festival du documentaire égyptien, Alexandre est en repos post-Normandie, Fanny a son fils et pas de nouvelles des autres…

Je craignais de ne pas retrouver la cavité du premier coup, mais les nombreuses soirées à creuser le trou de merde des jeunes, qui est juste à coté, m’ont permis de reconnaître ce beau virage à 180 degrés juste à côté de l’entrée.

Une fois nos habits de lumière revêtus, c’est parti pour une exploration tranquille.

Quelques douleurs dans le genou sur ce parterre de cailloux, et c’est 20 minutes plus tard que nous arrivons à la salle. Elle est de petites dimensions, mais joliment concrétionnée. Poppers nous l’éclaire de sa nouvelle lampe Parkside. Moment photos.

Nous laissons Rita faire son petit temps de méditation dans le noir, et nous continuons vers la suite de ce boyau post aquatique. Après quelques passages ensablés et un virage à 180 degrés, Poppers s’engage dans une étroiture trop remplie à mon goût d’argile collante, et Arnaud et moi poursuivons vers le fond en remontant les gours légèrement déversants. Splendide !

Arnaud passe un gour assez profond et se retrouve dans une petite cupule pleine d’argile très collante. Il commence à creuser le sol en essayant de trouver une suite… ok soit !

De mon côté, j’appelle Thibaud afin de l’inviter à venir jouer avec nous mais pas de réponse. Je regarde donc creuser Arnaud en attendant les autres. Au bout de 10 minutes, je décide d’aller voir au début de ce bouchon d’argile où j’ai laissé Poppers. Effectivement je l’entends, mais trop loin à mon goût. Il s’est bien enfoncé dans un boyau qui pourrait porter ses fruits, selon lui, mais qui pour l’instant n’est accessible que par lui. Plus tard, Arnaud essaiera le passage mais n’y arrivera pas.

J’appelle Rita afin qu’elle nous rejoigne, mais elle ne m’entend pas depuis sa salle de la sieste. Je fais donc 3 ou 4 minutes de machine arrière afin de la rejoindre dans la salle et de l’inviter à jouer avec nous dans les gours. Elle ne me répond toujours pas, normal, elle a dû s’endormir, et lorsque j’arrive là où elle dort….elle n’est plus là. Étant donné que je ne l’ai pas croisée dans le parcours aval, elle est sans doute en train de faire des photos un petit peu vers la sortie…

Et donc je continue à l’appeler en me dirigeant vers la sortie de 10 m en 10 m.

10 minutes plus tard et bien anxieux…j’arrive à l’extérieur de la cavité, avec un positionnement très interrogatif sur la localisation de cette personne que j’ai laissé dormir 10 minutes tranquillement et qui a disparu.

Dehors personne….

A la voiture personne….

Ambiance…..

Je retrouve notre Rita à 200 m au bord de la route qui est en train de nous chercher. Elle trouvait que ce n’était pas très fair-play que nous ayons quitté la grotte sans elle. Sauf que c’est elle qui est dehors, et nous encore au fond 😉

Après un soulagement hilarant, nous repartons rejoindre nos deux amis au fond et c’est à 4 que nous passerons le gour profond final, afin de tenter un passage dans le boyau d’argile quelque peu creusé par Arnaud. Poppers passera et fera demi-tour mais le retour se fera en l’extirpant en force brute.

On est tout sale et tout mouillé, c’est cool !!!

Après avoir refait l’univers, nous décidons de sortir tous ensemble cette fois-ci, et c’est aux alentours de 14h que l’on s’étale autour de la voiture, afin de partager un repas de bord de route.

Il n’est pas tard et l’on prend le cap de Larnas afin d’aller voir le trou de l’ermite dans la Combe de Saint-Montan.

Et comme le monde est petit, nous croisons Leila en pleine promenade digestive. Elle sera avec nous demain en Ardèche et nous indique un petit chemin fort sympathique pour arriver par dessus à cette grotte de l’ermite.

Une fois la voiture garée, cap sur le GR en descente sur à peu près 2 km.


Le · a suite de ce · tte compte-rendu · e sera écrit · e au format inclusif, car nous pensons que le· la l’ermite était sans doute non genré · e, et nous voulons être inclusifs au possible, dans le respect de Gaia, notre père · mère à tous. DSL 😉

Le · a descente du GR sera glissant · e et nous prendra à peu près 30 minutes. Le · a pari est prix sur le · a premier · e personne qui sera sur les fesses, devra payer son chocolat équitable chaud, et c’est donc Riton · a qui gagnera ce merveilleux trophé · e dans le respect des autres concurrents sur ce · tte épreuve non discriminant · e.

Un · e fois le · a grotte rejoint, et les photos panoramiques pris · e dans le · a philosophie du vivre ensemble, nous en savons plus sur ce · tte ermite, et c’est vers 16h00 que nous faisons demi-tour et retrouvons notre véhicule à 16h30.

Arnaud · tte et Poppers · ette seront déposés de manière bienveillant · e et sans jugement à 17h00 au parking du covoiturage et Riton · a et moi serons de retour dans le · a sud pour 18h00.

Un · e bien beau · lle journée sans prétention, mais qui nous a permis de passer un · e excellent · e moment ensemble.

Vivement demain pour manger de la corde sur Vallon-Pont-d’Arc dans un nouvel âge réminiscent 😉

  • CR : Ludwig
  • Participants :
    • Arnaud
    • Rita
    • Poppers
    • Ludwig
  • TPST 03h00

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.