SSF26 Grotte des Chuats

Voici un compte-rendu de l’exercice secours du spéléo secours français 26 à la grotte des Chuats.

Cet exercice a commencé pour ma part le vendredi soir avec un covoiturage de Poppers et Charlotte afin de rejoindre le domicile de Alexandre, ou une soirée pizza nous attend. Départ du vaucluse à 17h00, récup de Charlotte et Poppers à 18h00 et arrivée chez Alexandre à 19h30. Leila et déjà sur place.

Alexandre nous a régalé de délicieuses pizzas rectangulaires, donc une fameuse aux ravioles de Romans. Honnêtement, commencer un petit séjour spéléo par une soirée pizza entre amis en plein milieu de la Drôme provençale, c’est réellement une très bonne idée.


En fin de soirée les couchages sont distribués, et personnellement j’hérite d’un canapé en cuir marron qui fera le job impeccablement. Le bip de ma montre me signale minuit et je m’endors tranquillement en entendant Thibault ronfler juste à côté.

Une lumière vive m’éclaire le visage, c’est le téléphone de Charlotte qui descend de sa chambre, il est 4h55. J’ai très bien dormi, mais vraiment pas beaucoup. Je saute dans mes chaussures histoire de ne pas perdre de temps, et avale deux, trois bichocos dans du lait froid. Leila enclenche la cafetière italienne et moi je vais poser mon matériel dans la voiture d’Alexandre. Cherchant désespérément un peu d’énergie, je bois mon unique canette de Red Bull qui n’aura aucun effet.

Il est 05h00, Paris s’eveille

Il est 5h45, nous partons de chez Alexandre afin d’arriver à 7h du matin à la salle hors-sac de la station de ski Font d’Urles.

Nous passons quelques nappes de brouillard et une légère lueur nous éclaire en montant le col du Rousset. Effectivement c’est très joli, mais c’est aussi très tôt et il fait très froid.

7h00. Nous arrivons pile-poil à l’heure requise à la station. Mais nous ne trouvons pas la salle hors-sac. Une voiture sort de la pénombre, il va pouvoir sûrement nous aider. Et bien non c’est Claude qui est aussi perdu que nous. Après quelques recherches sur nos téléphones, il nous faut faire le tour de la station, et c’est à 7h20 que nous arrivons au point de rassemblement central.

Les croissants et le café chaud nous accueillent de la meilleure manière qui soit, et tout doucement les équipes se constituent autour du briefing d’Alain. Tous les membres du MASC se rassemblent et intègre alors Thomas dans notre groupe qui connaît la cavité. Nous serons donc l’équipe numéro 3 chargée de mettre en place le TPS dans la salle des spéléonotes 2. Je récupère une topo de cette partie.

Le scénario de l’exercise est donné par Alain

08h30. Nous nous équipons dans une fraîcheur très significative sur le parking, 5 minutes de voiture plus tard, nous sommes à l’entrée de la cavité.


09h45. Tout le monde est équipés, on fait une dernière photo avant de rentrer dans le dedans de la terre. Claude nous accueille à l’entrée du trou et c’est d’une voix bien déterminée, tel un pompier en opération, qu’il annonce au PC surface que l’équipe numéro 3 s’engouffre. Le matériel est équitablement réparti entre le matériel personnel et le matériel collectif. Nous transportons avec nous le point chaud ainsi que le TPS.
Je passe devant et j’ouvre la voix.

Il est certes très agréable de découvrir une cavité pour la première fois. Honnêtement je suis à l’aise, quelques petits puis presque plan incliné, suivi d’une grande longueur d’à-peu-près 30 m et qui finit sur une petite étroiture. Je me pose au fond et Poppers met, même pas cinq minutes, à me rejoindre suivi 10 minutes plus tard de Thomas.

Ne désirant pas former de bouchons, nous continuons et passons cette petite lucarne et enchainons un ou deux petits puits. Dans ma tête je me dis que je vais un peu souffrir à remonter toutes ces verticales, mais bon cela fait du bien de temps en temps de sortir de sa zone de confort. Sauf que…
Sauf que à chaque fois que je vois le fond ce n’est pas le fond c’est juste une main courante une déviation; un fractio…. Mais honnêtement ça descend beaucoup pour ma forme physique. C’est très joli, c’est très agréable mais tout çà aussi il faudra le remonter… On verra plus tard.

Ça y est, j’atteins le fond et face à moi un petit trou rond, à gauche, une espèce d’étroiture zig-zag impénétrable, et au dessus, une galerie un peu pleine de boue à 2 m de hauteur. Je vais donc attendre mes collègues afin de se salir tous en groupe. Poppers me rejoint 15 minutes plus tard et on se met à papoter pour finir en best of des chansons qui sont cool à chanter lorsque ça résonne. Un magnifique “ta gueule” mettra fin à ce best of. Apparemment au-dessus, ils nous entendent.

Méa Culpa.

Thomas nous rejoint, mais à notre grande surprise, ce n’est pas lui mais Olivier. Lui, il doit poser le TPS dans la première salle. Il nous demande de le suivre, car au-dessus ça traîne un petit peu. Aucun souci, sauf que je le vois s’engouffrer dans l’étroiture impénétrable et disparaître en un éclair. Poppers suit, et donc je me glisse là, où 30 minutes plus tôt, j’avais jugé cette solution impossible. Ça frotte beaucoup mais ça passe. Au bout de 15 minutes de petit ramping et de mini boyaux, nous débouchons dans une énorme salle. Rien que pour le spectacle de ce volume sous terre, ça en valait le coup.

Effectivement, en un seul coup, j’ai oublié les 80 000 mètres de puits que je viens de descendre. Je viens de me souvenir pourquoi des gens viennent se peler le cul sur le Vercors, au lieu de faire des trous ardéchois chauffés au CO2 naturellement.

En attendant le reste de l’équipe numéro 3, Poppers et moi donnons un coup de main à Olivier afin d’installer le premier TPS. Après quelques essais, celui-ci n’arrive pas à joindre la surface. Thomas, Charlotte, Leila et Alexandre nous rejoignent dans cette cathédrale.

PCA c’est la surface du trou, Frigane c’est la salle ou nous sommes.

Thomas se souvient de la direction mais pas tant que ça 😉 Nous quittons cet énorme volume par un passage bas, et découvrons d’autres énormes volumes pendant 30 minutes de progression. Juste avant le passage des « crocodiles« , nous croisons une personne équipée d’un bout de papier. Il est chargé de faire remonter l’information à la surface comme quoi la victime vient d’être trouvée à 12h02 et qu’ils sont en train de poser un TPS dans la salle des spéléonaute 2. ARF… C’était notre job.

Nous prenons l’initiative de poser le TPS juste avant le passage des crocodiles dans la salle de l’Armée rouge afin d’avoir une chaîne de communication entre la victime et la surface à la plus homogène possible.

30 minutes plus tard, les premières vacations radio se mettent en place entre la salle frigane, la salle de l’Armée rouge et celle des speleonautes 2. Cette dernière n’arrivera pas à joindre le PC surface. Frigane ainsi que Armée Rouge feront le relais.

Pour nous, il est temps de sortir les victuailles du sac afin de se réchauffer et de passer un bon moment autour de ce délicieux crépitement que maintient en continu le souffle radio du TPS. Il est vraiment appréciable que ces ondes radio arrivent à passer à travers 200 mètres de roche, un gain extrêmement appréciable pour tout type de décision.

Vers 14h deux spéléos nous rejoignent équipés de la civière qui doit rejoindre la victime. La surface nous indique la décision de raccourcir le secours au niveau du brancardage afin de se focaliser sur la remontée verticale de celle-ci. Elle sera donc brancardée de la salle de l’armée Rouge à Frigane à peu près de 15h à 16h30.


Pendant ce temps-là, l’équipe numéro 3 s’est coupée en deux. Poppers et moi restons au TPS tandis que Charlotte, Leila et Thomas se dirigent vers la salle frigane, afin de monter le point chaud. Pour une premiere sortie SSF charlotte et Leila auront vu point chaud et TPS, c’est cool.

Nous, nous resterons au fond de la salle de l’Armée rouge en attendant la sortie de Stéphane équipée de ces deux compères à la recherche de… 😉 Comme si 42 km de réseau ne leur suffisait pas 🙂

Poppers, le roi du TPS

Nous entendons à la radio que Charlotte est jugée dans un etat de fraicheur satisfaisant. Putain, c’est sur ya du CO2 même dans le Vercors 😉

16h00. Ils nous rejoignent, et c’est avec la validation de la surface que nous plions le TPS et rejoignons la grande salle et son point chaud où l’intégralité des participants souterrain sont présent.

La vérité revient devant les yeux, et je me remémore les 80 000 mètres de puits. Leila et Alexandre sont déjà remontés, je signale donc au CT notre faible vitesse de progression et demandons à partir avant la civière, afin de ne pas ralentir les personnes qui déséquiperons après le passage de celle-ci. Et c’est donc à 16h40 que nous passons de 10 000 mètres carrés à 30 cm carré en un éclair par l’escalier de service. Rapidement nous arrivons au pied du premier puits. Je vous ferai grâce de tous les essoufflements et les litres de transpiration qui vont suivre. Le conseiller technique nous a formellement assuré que la civière ne nous rattraperai pas… Et donc elle nous a rattrapé en milieu de course 😉

Charlotte en plein passage de fraction. Ambiance.


Ce fut une remontée physique mais non technique, car elle était doublée ou triplée sur certaines longueurs. Poppers ayant réussi à ne pas se faire rattraper par la civière, je suis resté en permanence en doublon avec Charlotte.
Pour vous faire simple, moi je remonte lentement, et elle, elle a du mal à se délonger après un fractio. Question vitesse verticale les deux problématiques se valent largement 😉
C’est à 19h40 que je recroise l’odeur de l’herbe et de la neige à la sortie de cette trappe métallique. Il fait toujours froid et nuit mais qu’est-ce que c’était bien. Alain nous signale dehors au PC et c’est Alexandre dans sa couverture orange qui nous a attendu patiemment ,fait office de chauffeur et nous ramene à la voiture.

Nous nous desequipons sur le parking et rejoignons rapidement les autres à la salle hors-sac ou une soupe chaude nous est servi.
Impossible pour nous d’attendre le débrief, avec les 4 heures de route qui m’attendent, je me poserai dans mon lit aux alentours des 1h du matin….

Présent : Leila, Charlotte, Poppers, Alexandre, Ludwig, Claude

TPST : 09h00

One thought on “SSF26 Grotte des Chuats

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.