Dent de Crolles, traversée Glaz – Guiers mort

  • Sortie du samedi 7 mai 2022
  • Participant.es :
    • Bertrand, Emilie pour le MASC,
    • 2 apprentis-spéléos et 10 autres spéléos des Furets Jaunes de Seyssins et du SGCAF
  • approche : 1h
  • TPST : 7h
  • retour : 40 mi

Lien vers la topo

A l’origine, il s’agissait pour Bertrand d’emmener un de ses copains faire une traversée souterraine de la dent de Crolles. Comme sa dernière traversée de la dent remonte à 2006 et que les itinéraires peuvent être paumatoires, il en parle à Charles des FJS que connaît bien le réseau. La date est calée, et l’itinéraire retenu : ce sera la classique Glaz – Guiers mort. Même si on est au printemps, l’effet boule de neige est bien présent : on sera finalement quatorze pour cette belle interclubs !

Le rendez-vous est donné à 8h30 au parking de Perquelin. Tout le monde est à l’heure, on se prépare, et on case tout ce petit monde dans trois voitures, direction le col du coq. On a en effet choisi la solution la plus commode qui consiste à faire une manip de voitures pour réduire la marche d’approche.

Après avoir ingurgité quelques croissants et pains au chocolat, la caravane se met en branle, la montée nous donne vite chaud (il faut dire que tout le monde avance d’un bon pas), par contre pour la vue on repassera, la fin de la marche se fait dans le brouillard.Tant mieux finalement on sera aussi bien sous terre. Nous voilà à l’entrée du trou du Glaz ,bien humide avec les dernières pluies. Un groupe de quatre spéléos est déjà en train des’équiper sous le porche, ils ont pour objectif de faire un bout de topo. Un autre groupe decinq arrive, apparemment ce ne sont pas des inconnus, c’est un haut-lieu de rencontres grenobloises ce trou du Glaz !

Pour faciliter le parcours, notre groupe se scinde en deux, six partent devant avec des cordes en rab pour laisser l’équipement du P 36 en place pour le second groupe, nous ne les reverrons qu’au parking de Perquelin. Comme c’est une traversée classique, des cordes fixes sont en place pour les mains courantes, les remontées et pour la plupart des puits. Et depuis 2014, période à laquelle il y a eu plusieurs opérations de secours en raison d’erreurs de cheminement, la traversée est fléchée et les différents passages clés sont nommés grâce à de petites pancartes. La recherche d’itinéraire en est grandement simplifiée, et effectivement vu le nombre de ramifications, ce n’est pas du luxe…

Avec les précipitations des derniers jours, l’eau sera bien présente tout le long de la traversée, rajoutant une ambiance supplémentaire.L’itinéraire déroule, pas de question particulière à se poser vu les indications bien présentes, et même à huit, le rythme est fluide, les kits de corde circulent de l’arrière à l’avant pour pouvoir équiper les rappels. Les deux novices se débrouillent très bien, bien encadrés par les plus aguerris.Le parcours est très varié, de beaux puits, des méandres, des remontées, des grandes galeries, certaines avec un surcreusement au milieu qui donneront lieu à de sympathiques séances vidéos, et même du ramping sur cailloux à la fin dans le réseau sanguin… Nous mangeons au pied de la cascade rocheuse, une remontée de 45 mètres.

La sortie par le porche du Guiers Mort est très photogénique, il est 17h45 et le soleil nous accueille. La marche de retour est vite avalée et nous retrouvons les voitures et le reste du groupe
qui est arrivé une heure avant environ. C’est bientôt l’heure de l’apéro. Nous nous éclipserons avant le barbecue, la journée a déjà été longue! Emilie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.