Pèlerinage au Puit Saint Vincent

Pèlerinage au Puits St Vincent
Ma dernière sortie au Puits St Vincent remontant à mai 2006, un nouveau pèlerinage en ce lieu sacré de la spéléo montilienne me paraît tout à fait bienvenu …

Je me joins donc avec enthousiasme à la jeune et dynamique équipe du Masc. Après avoir sacrifié à notre devoir électoral et procédé à de sommaires quoique consistantes libations, nous voici donc en train de cheminer pieusement sur le sentier caillouteux menant à l’aven, à la suite de nos gentils organisateurs(trices), sainte Charlotte (avec toute sa tête) et saint Ludwig (pas bien de chez nous, ni très orthodoxe, mais tellement drôle !). Il y a là sainte Rita (matronne des causes perdues, dit-on), saint Jean-Luc (double protection, utile par les temps qui courent), sainte Sélène (légèrement païenne sur les bords, mais on lui pardonne, vu sa jeunesse), Saint Sébastien (une certaine vocation au martyre ?), saint Jojo (inconnu au bataillon divin, Georges, Joël, Joseph, José ? me souviens plus) et saint Michel (l’archange et auteur de ces lignes, le mieux servi donc…).


De notre escapade souterraine, je ne retiendrai, n’en déplaise aux adeptes des récits détaillés, que l’essentiel :

  • – Une descente, agrémentée de quelques contorsionnements, erreurs de trajectoire et rectifications dans la foulée, mais aussi de la sensation de béatitude qui accompagne en général la plongée dans les ténèbres d’un grand puits,
  • – un bref instant de communion et de recueillement à -60, entre deux chutes de pierres, deux dérapages dans un éboulis instable et un nombre considérable de traits d’humour et autres rigolades jaillis à l’improviste d’ esprits subitement inspirés
  • – et une remontée, avec des péripéties analogues à celles de la descente, quelques mousquetons récalcitrants ou détricotages laborieux en plus, et l’aveuglante lumière du jour en guise d’apothéose.


J’allais oublier une incursion personnelle furtive à la lisière de la salle ROUGE sur un mode brûlage de cierge, avec un brin de nostalgie, mais aussi l’espoir que la prochaine fois sera la bonne, et une investigation plus poussée de quatre de mes camarades aux abords de la dite salle, où ils rencontreront une poignée d’explorateurs j’allais écrire électeurs plus ou moins désorientés cherchant la sortie de la Baume des Anges j’allais écrire du Bureau de Vote à la lueur de leurs smartphones.


A l’issue de ce grand bain de spiritualité qui a duré quelques six bonnes heures, nous voici donc toutes et tous sain(e)s et sauve(f)s à la sortie du Puits St Vincent. On a échappé au pire (Jojo bloqué sur le relais plein gaz faute d’un équipement adapté à sa morphologie, Rita se débattant dans un écheveau inextricable de pensées et de cordes embrouillées, suspendue telle Assurancetourix par des équipiers impatients quelle étymologie déjà ?, Sébastien errant solitaire dans le labyrinthe de la BdA inconnu de lui, abandonné lâchement à son triste sort car dans l’incapacité de remonter le grand puits… j’en passe et des bien pires.) L’esprit d’équipe et l’intelligence collective, alliés à un solide sens de l’humour, qui font la force de l’esprit mascien, ont prévalu, nous protégeant une fois encore des engrenages malsains, et nous pouvons maintenant fêter dignement notre victoire ( même si nous sommes loin d’avoir battu un record dans la catégorie vitesse d’exploration), puis poser pour l’éternité sous le drapel du club.


Mon retour à la voiture, à 20h bien sonnées, sera précipité, impatient que je suis de coller une oreille à mon portable pour connaître le résultat du second tour. Que disais-je déjà ?: Ah oui, on a échappé au pire ! Donc, the show goes on ; l’aventure continue !

Michel C 25/04/2022


enkitationnage

CR de Rita :

Je vais parler de la remontée du Puy-Saint-Vincent que j’ai faite en dernier avec Sélène puisque nous avons déséquipé toutes les deux.

Pour moi c’était une reprise spéléo après presqu’un mois de repos forcé. La reprise fut moins difficile que je ne le craignais même si le soir je me retrouvai complètement épuisée !

Le déséquipement ne s’est pas passé tout à fait comme prévu. Nous montions en parallèle sur les deux cordes, Sélène et moi. Nous étions convenues qu’elle déséquiperait sa corde et que je m’occuperais de la mienne derrière elle. En pratique, au premier fractio nous avons réalisé que les deux cordes utilisaient un mousqueton commun…

Donc j’ai dû passer devant Sélène et c’est elle qui a dû défaire les mousquetons. Franchement, chapeau ! parce qu’à plusieurs reprises, il fallait être en opposition et elle n’est pas très grande, elle s’en est super bien sortie !

Nous avons un peu galéré avec le dernier mousqueton, que nous n’arrivions pas à dévisser. Ludwig est alors redescendu pour le dévisser, puis il est remonté avec sa légèreté et sa grâce légendaires (comprendre : en tas de pus…).

Nous sommes rentrés tard, moi en covoiturage avec un Ludwig à la vanille, un Jojo à la chlorophylle et une Sélène en proie à des questionnements existentiels sur sa routine du matin. Une expérience olfactive et auditive improbable…

Encore une belle journée partagée avec les membres du MASC, vivement la prochaine !


Les amis dans le vert

CR de Sébastien :

Petit message de shasha en me demandant si je venais, mince, je me suis trompé sur le rendez-vous. Arrivé sur place, il est temps de s’équiper.
Le stress monta en commençant à descendre ce P 70, une première pour moi.
2e fractio très intime avec Michel et c’est partit pour 30 m de descente très agréable, arrivée au 3e fractio puis à la dernière descente.
En attendant les derniers, petit moment de détente allongé au fond du puits. Vive les vidéos de jojo , on s’est bien marré.
Ensuite, vient la remontée, en me disant, je veux le faire et avec surprise, je suis remonté rapidement. ( Merci Ludwig pour le bloqueur de pied 🙂 )
Je suis vraiment satisfait d’avoir réussi cette remontée.
Sortie très agréable avec une super équipe, on a bien rigolé


Vue d’en haut après d’être aller dans le dedans.

CR de Charlotte :

Après une course poursuite du matériel, sous la pluie, la veille, je peux enfin savourer le plaisir de retrouver les copains et la corde.
J’arrive sur le parking, salue Michel et Jean-Luc, puis vois arriver l’équipe du Vaucluse. Après s’être bien remplie la panse, je pars devant avec Ludwig pour commencer à équiper.
L’équipement du puits en double fut mouvementé : Ludwig a fait un fractio en trop et se retrouve donc coincé à 10m du fond. J’ai pour mission de le faire descendre assez vite avec ma corde car il commence a avoir des fourmis dans les jambes, et de trafiquer sa corde pour réussir à toucher le fond. Mission réussi, tout le monde est arriver à bon port. Note pour plus tard, prendre une core de 80 voir 90 a l’avenir.
Chaque personne a pu réussir son objectif, et le niveau s’améliore, Seb a remonteé son premier P65m, avec quelques appréhensions mais rassuré aux côtés de Michel, puis Rita et Séléne ont déséquipé le puits sans l’aide de personne !
Entre la vieille et le jour même, se fut une journée haute en rebondissements mais comme toujours, d’un bonheur sans nom.

Charlotte 🍑


Cr de Jojo :

Bonjour à toutes et à tous, dimanche c’était le Puit Saint Vincent, on craignait que la pluie nous joue des tours mais juste quelques gouttes sont venues nous faire coucou 😁. Nous nous retrouvons sur le parking proche proche du puit, on discute un peu avant d’attaquer le repas de midi. On s’équipe tranquillement pendant que Sharlotte et Ludwig partent équiper le Puit, arrivés sur place nous attendons un peu … Ah les joies du direct font parties de notre quotidien, la corde de Ludwig est un peu trop courte, qui l’eu cru 🤪😉. Après avoir résolu le problème, Michel et Sébastien descendent, puis Selène et moi, et bien sûr on n’échappe pas à la règle de Jojo, les fractios ne m’aiment toujours pas 🤣🤣, bon j’arrive tant bien que mal en bas, Rita et Jean Luc nous rejoingnent pour terminer cette spectaculaire descente … Au retour je remonte avec Jean Luc pendant que Sébastien et Michel se préparent pour remonter et nos autres camarades vont faire un petit tour à la salle rouge … après un fractio (encore) très récalcitrant à là remontée je me trouve enfin à l’air libre, jean Luc attends Sébastien a l’avant dernier fractio pour l’assurer en plus de Michel 👍, suivis de Sharlotte, Ludwig et Rita qui déséquippe avec Selène sous l’œil de Ludwig, tout le monde se retrouve dehors après une petite histoire de mousqueton qui ne voulait pas se resserrer, nous rentrons très tard ce dimanche, mais ça en valait la peine… Super journée encore sous terre avec vous 😁… A très bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.