Prospections secteur Lance/Cougoir (26) : 26-27-28 février 2022

Participante : Emilie


Samedi 26 février 2022
Ce week-end, pas de sortie sous terre pour moi. Mais dans la semaine, je vois un message de Jean-Jacques
sur le blog qui dit aller au local samedi matin pour faire du rangement. Parfait, ce sera l’occasion pour ma
part de découvrir le local et de récupérer les informations sur les prospections qui ont été faites fin des
années 1960 par le club spéléo du CEA de Pierrelatte à la Montagne de la Lance. Jean-Jacques a retrouvé
trois compte-rendus de l’époque, toutes les pages ne sont pas bien lisibles, il est surtout question du menu
des différents repas avalés au cours des repérages, mais j’arrive tout de même à glaner quelques
informations.
Il y est notamment mentionné :

  • L’exsurgence du Cougoir, au Sud-Est du massif de la Lance, sur la commune de Teyssières. Coordonnées en Lambert 3 : 824,3 242,6
  • La galerie de la Lionne, plus à l’Ouest, dans la face Nord-Est d’une grande barre rocheuse, reconnue sur
  • Une trentaine de mètres. La galerie continue mais la progression est arrêtée en raison de l’instabilité de la voûte. Il est écrit qu’ils y retourneront. Coordonnées : 823,1 241,8
  • l’aven de la Croix, à l’Ouest du Cougoir, sur la ligne de crête, verticale de 20 mètres. Coordonnées 823
  • 240,1
  • La « faille chaotique » au sud du Coucouru. Coordonnées 244,4 1249.


Jean-Jacques m’a bien précisé que ces coordonnées sont très approximatives (ah il n’y avait pas de GPS
ni de Top25 à l’époque ?). Je ne perds pas ma motivation pour autant. Rentrée à la maison, je m’empresse
de convertir les coordonnées pour les pointer sur les cartes IGN. Et je décide d’aller faire un tour dans la
foulée.
Ne disposant pas de beaucoup de temps cet après-midi là, je jette mon dévolu sur la galerie de la Lionne,
qui a l’air de se trouver à proximité d’un accès routier.
La localisation donnée par les coordonnées :

Parfait, d’après la carte il y a bien une barre rocheuse, orientée Est voire Nord-Est sur sa partie Nord, c’est
à proximité de l’Adret de la Lionne, je n’ai plus qu’à me rendre à Teyssières, me garer aux Vabres,
rejoindre le pied de la falaise, et en le suivant sur sa totalité, je vais bien tomber sur l’entrée de cette
fameuse galerie de la Lionne !
Me voilà partie. Aux Vabres, il y a une ferme, gardée par un chien qui m’accueille par ses aboiements. Je
suis un peu gênée car il n’y a pas de place pour se garer sauf à proximité immédiate de la ferme, et le
chien, attaché, continue d’aboyer. Heureusement il n’y a personne en vue, je n’ai pas bien envie
d’expliquer ce que je viens faire dans cet endroit pas particulièrement propice à la randonnée.
En tout cas, il y a bien une grande barre rocheuse qui me fait face, c’est déjà ça.

Je pensais me rapprocher de
la barre rocheuse grâce aux pointillés figurant sur la carte IGN, mais je dois bien vite me rendre à
l’évidence, pas de chemin. Je passe alors en mode aventurière, j’avance tant bien que mal au milieu des
arbustes secs, des buis, des ronces, et finis par arriver au pied de la falaise. Bon, le pied est lui aussi
complètement envahi par la végétation, je vais avoir du mal à longer la falaise. Je décide de me diriger
vers le Nord en jetant dès que possible un coup d’oeil au rocher. Je finis par remonter au Nord de la barre
rocheuse et en atteindre le haut. Le soleil m’accueille, la vue est belle, ça compense mes égratignures aux
jambes et aux mains.

Je continue alors vers le
sud, en direction de l’endroit pointé sur la carte. Il y a un peu moins de végétation, la progression est plus
facile. Il y a en fait deux barres rocheuses superposées, séparées par une vire que j’emprunte sur toute sa
longueur. Pas trace d’une quelconque ouverture. Quoiqu’un peu au-dessus de moi, dans la falaise, il y a
bien un renfoncement, mais inatteignable pour moi).

Je reviens sur mes pas, je suis maintenant quasi au niveau du point, toujours rien. Tant pis, il va falloir que je
songe à redescendre maintenant. Je continue alors au mieux en direction du Sud, dans l’optique d’arriver
au ravin du Cougoir et de le suivre jusqu’à la voiture. Ça passe à peu près, encore un peu de bataille avec
la végétation dans le ravin, mais je finis par arriver à la voiture, où je suis accueillie par le chien cette fois
en liberté (très gentil) et son maître. Ce dernier est un peu surpris de me voir là et me demande d’où je
viens. Je reste un peu vague mais comme il a envie d’en savoir plus, je lui parle de la galerie que je
recherche. Il est très perplexe, il habitait déjà là en 1970 et n’a jamais entendu parler de cavité dans ce
genre…
Bon bon, je ne suis pas très avancée. Longer tout le pied de la falaise s’avérerait bien compliqué avec
cette végétation. Est-ce que la galerie pourrait se trouver dans le renfoncement aperçu ? En relisant mes
notes, je vois qu’il était question d’une galerie DANS la face Nord-Est, alors peut-être. Sauf que la face

est plutôt Est. Sur la carte IGN, un peu plus au Sud, il y a d’autres barres, orientées elles Nord-Est, peut-
être qu’il faudrait chercher plutôt par là bas. Ou alors remonter le ravin du Cougoir qui est en contrebas de

l’Adret de la Lionne ?
Pour aujourd’hui, j’ai eu mon compte en tout cas…

Emilie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.