Compte rendu de la sortie aux poulettes du samedi 25 septembre 2021

85ème sortie

Participants : Sylvane et Baba R, Jacky et Marcel C, Claire et Gilles M, Janine et Pierrot G, Gabi et Jacky S, Jean-Jacques A, Ghislaine et Gérard D.

Fin août, nous avons passé le cap des 4 ans de désobstruction aux Poulettes. Ce long boyau vertical que nous avons créé, n’a pas encore abouti. Mais l’espoir demeure! En langage “poulettes”, ça veut dire que si nous avons attaqué par le bec et que nous comptons sortir par l’anus, nous sommes encore dans l’œsophage !

Ce matin du samedi 25 septembre à 9 h 15, une petite surprise nous attend. Un van est installé sur notre parking, il y a passé la nuit. Avec l’arrivée des troupes, il ne tarde pas à repartir.

Les présents :

Le chantier a du mal à se mettre en place, ça fait plus de 2 mois que nous ne sommes pas venu, ni vu, aussi ça tchatche ! Une première reconnaissance à – 33 m, nous indique qu’il n’y a pas de CO2 et que le dernier brassage du fond a laissé pas mal de roche en place. Aussi nous descendons de suite le burineur. Nous remettons la ventilation en place car même s’il n’y a pas de CO2, nous sommes 6 à l’intérieur pour remonter les bacs.

Nous commençons à évacuer les gravats vers la surface tardivement, il est plus d’11 h.

Nous dégageons le petit méandre d’où sort le courant d’air, mais sur ce que nous voyons, il reste petit : 15 cm de large pour 40 cm de hauteur.

Avant la pause méridienne, Jackie vient voir le fond, il pense qu’il faut creuser sur le côté gauche, qui est rempli de glaise, le front entre celui-ci et le petit méandre ne serait qu’un pont rocheux.

A 13 h nous ne mangeons pas sous les arbres, le temps est couvert, mais il fait chaud.

A la fin du casse-croute, nous avons droit à une pléthore de desserts maisons, accompagnée par une pléthore de digestifs maisons.

Nous saluons l’arrivée de Gérard S. qui nous rejoint pour l’après-midi. Nous reprenons nos activités, il est plus de 14 h 30 ! Nous enlevons la glaise au burineur avec un burin plat. Cela vient bien et nous voyons rapidement du vide derrière.

Nous nettoyons bien tout autour et nous attaquons le perçage pour enlever le pont rocheux. Si ça marche bien nous aurons 1 m de large après ! Pendant ce temps en surface une grosse averse surprend tout le monde.

Il n’y a qu’une chose qui ne nous surprend pas, c’est que nos 2 baguettes-men ne ressentent pas la même chose pour la suite du réseau ! A 18 h, après avoir fait autant de bruit que l’orage qui gronde au loin, nous avons tout ranger et nous nous égaillons dans toutes les directions.

Gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.